Ninja Dream

Acte I : Des bandits maîtrisant les arts ninjas se sont attaqués à Kumo et s'en prennent maintenant à Oto et Iwa. Qui sont-ils réelement et que recherchent-ils ?
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Les champs de l'Ouest

Aller en bas 
AuteurMessage
Tshiki Ketsueki
ND-Administrateur
avatar

Nombre de messages : 677
Age : 24
Grade : Chuunin / kage
Date d'inscription : 11/07/2007

MessageSujet: Les champs de l'Ouest   Sam 7 Mar 2009 - 15:25

Tshiki et le chuunin qu'il avait emmené avec lui, Zoku, étaient sortis du village par la porte Ouest. En effet, pour le kage, le plus logique pour les ennemis étaient d'attaquer la vieille ville à l'Ouest avant de s'attaquer au reste : cette première était facilement inflammable en raison de ses constructions en bois. Cependant ce n'était qu'une hypothèse et ils pourraient attaquer par le Sud, ou alors même ne pas attaquer du tout. Mais Tshiki préférait prendre des précautions et pensait son raisonnement juste. Il recherchait pour l'instant une fumée ou quelconque autre signe d'un campement qui pourrait s'avérer être celui des bandits, mais il doutait de pouvoir les trouver ainsi, s'ils avaient déjà blesser des chuunins, ces brigands ne devaient pas être des charlatans. Alors Tshiki dit à Zoku d'aller chercher plus vers le Sud, et que lui-même irait au Nord, vers la mer. Ce n'était pas un coin très connu du pays et il était possible que les bandits s'y soient installés en raison du manque de passage. Par contre au Sud se trouvait le sentier qui reliait Iwa à Oto, il aurait été idiot qu'ils s'installent là, Tshiki avait donc choisi d'assumer les risques en ayant conscience de sa blessure, et il regretta alors de n'avoir emmené qu'un chuunin avec lui. Il se mit donc d'accord avec Zoku si jamais l'un des deux avait des problèmes, tout en espérant ne pas avoir à s'en servir, il était question de faire un sifflement, tout simplement, mais il fallait savoir que le village du son ne s'appelait pas ainsi pour rien. Effectivement, outre les phénomènes des marécages, il y avait aussi l'écho qui s'effectuait, malgré la distance, dans toute la vallée qui séparait la mer des montagnes à l'Ouest. La mer envoyait toujours du vent frais qui repoussait le son, quant aux montagnes, c'étaient les parois rocheuses qui produisaient l'écho. Ainsi, un simple sifflement s'entendait trois fois très puissament, où que l'on soit à l'Est du village, et cela servait bien aux ninjas d'Oto. Après cette mise au point, les deux ninjas se séparèrent donc dans les directions prévues. L'Otokage avait jusqu'alors pensé aux risques qu'il encourait, mais il était également possible que les bandits aient fait exprès de s'installer sur la voie principale, pouvant ainsi tromper les ennemis en les faisant raisonner en tacticiens. Il ne fallait pas que Zoku coure de risque... Néanmoins il devait effectuer la mission qu'il s'était lui même assigné et il continua sa route à un rythme plus rapide. Dix minutes plus tard, comme il s'y attendait, Tshiki apperçut un éclaireur au loin, même si leur campement se trouvait au Sud, il était logique que des espions se situent dans toutes les directions autour du village. Mais en se rapprochant, le kage comprit qu'il n'était pas réelement question d'un espion : un fauve similaire à celui qu'il avait vu hier se jetait droit sur lui. Avant même que le shinobi du son soit à porté des griffes de l'animal, il effectua un puissant renkuudan no jutsu, boule d'air sous pression, qu'il envoya droit sur le monstre. Celui-ci, certainement dénoué d'une intelligence suffisante, ne l'esquiva pas et partit en fumée. Tshiki fut frustré de l'avoir si facilement alors que celui de la veille lui avait infligé une terrible blessure, s'il avait sû qu'un seul jutsu en viendrait à bout... Mais avant que le Kage n'ai pu reprendre sa route, deux autres fauves arrivèrent sur ses côtés. Il les repéra et, après avoir imaginé un plan, attendit qu'ils soient à moins de deux mètres de lui chacun pour effectuer un renkuudan sur le sol. Au même moment, il sauta aussi haut qu'il le pouvait et la pression libérée lorsque le jutsu frappa le sol l'expulsa bien loin dans les airs. Les monstres, ébétés mais tétus, continuèrent leur route pour se frapper l'un dans l'autre. Tshiki comprit alors qu'ils étaient réelement des abrutis, et, avant de retomber sur le sol, y envoya un kamataichi no jutsu, très puissante rafale qui arrachèrent la peau de bètes qui partirent en fumée. Le jeune ninja se dit que l'invocateur de ces animaux devait être un sacré lâche, lorsqu'il entendit trois sifflements suraigüs. Le seul problème de cet avertissement était que les sons arrivaient presque en même temps et de trois directions différentes... Heureusement que Tshiki savait que Zoku était au Sud sans quoi il n'aurait pas pu déterminer sa position. Alors Tshiki s'élança à toute vitesse, mais il avait mit dix minutes pour arriver jusqu'ici, et Zoku avait fait dix minutes également dans la direction inverse, il arriverai trop tard et le chuunin devrai donc s'en sortir seul... Cette pensée fit encore accelérer Tshiki mais étant donné qu'il allait déjà aussi vite qu'il le pouvait, cela ne changeait en rien la situation. Le Kage ne savait que faire et c'est là qu'il se prit un senbon à l'endroit même où il avait été blessé la veille. Il attrapa son épaule avec sa main gauche et s'ecrasa au sol dans une trainée de poussière. Il aurait dû tuer les animaux à la main car l'utilisation de techniques avait utilisé pas mal de chakra alors qu'un nouveau combat s'annonçait. Cependant l'Otokage avait une bonne réserve et tant que l'ennemi lui était inférieur il devrait le vaincre. Étant donné qu'il avait affaire à des bandits ninjas et non à de vrais shinobis, il devrait avoir l'avantage. Alors Tshiki se releva, prèt à se battre. Un fu sajiin eut raison de la poussière qui était en suspension dans l'air autour de lui et le ninja apperçut ainsi son ennemi.

{Il m'a envoyé un senbon, il est peut-être donc spécialisé dans l'attaque à distance, mais la possibilité que ce soit justement une feinte est élevée... Quant au senbon, si je l'enlève la douleur sera insupportable, mais s'il l'enfonce plus profondément ça sera pire...}

Alors Tshiki empoigna le pic, se prépara et l'arracha. Aussitôt il coagula mais cela ne suffit pas à atteinuer la douleur et le bandit choisit ce moment pour lui envoyer deux autres senbons. Après avoir vérifier qu'il n'y en ai pas de troisième, Tshiki les esquiva. Néanmoins ses yeux s'embuaient de larmes causées par la douleur et il voyait moins nettement son ennemi. Alors le Kage laissa sa colère s'échapper, un éclat rouge apparut sur ses yeux et la couleur habituellement bleutée des veines vira au rouge également, ses tempes bataient et le rythme de son coeur dépassa les deux cents battements par minute. Deux longs filins de sang s'échappèrent de ses orifices aux mains et Tshiki se jeta sur son adversaire. Ce dernier lui envoya une dizaine de senbons d'un seul coup que Tshiki repoussa avec un kamataichi no jutsu, sa nouvelle technique. Cependant ça n'allait pas : la quantité de chakra de Tshiki diminuait fortement. C'est alors que l'Otokage comprit : il venait de libérer la porte de l'ouverture, la première des huit portes de chakra contenues dans le corps, ainsi sa puissance et sa vitesse avaientt considérablement augmenté, mais son chakra diminuait à une vitesse phénoménale. De plus, cette arcane de taïjutsu s'était combinée à la puissance sanguine de Tshiki et rendait son corps instable. Le Ketsueki devait faire vite, très vite. Arrivé à cinq mètres de l'ennemi, il le foueta à multiples reprises par ses filins. Le bandit ne semblait pas comprendre, un dôjutsu était toujours impressionnant. Cependant il ne perdit pas la raison et effectua un kawarimi avec une pierre située à une vingtaine de mètres et envoya aussitôt une floppée de senbons accompagnés de charges explosives. Tshiki en expulsa prèt de la moitié d'un fu sajiin, mais il aurait dû utiliser de nouveau un kamataichi car l'autre moitié filaient toujours vers lui. Il en dévia quelques uns avec ses fouets mais une demi-douzaine se fichèrent le long de ses bras et explosèrent. Les fouets de sangs disparurent et la fréquence cardiaque de Tshiki accéléra encore. Mais il effectua à son tour un kawarimi juste à côté de son ennemi et lui planta une lame de sang dans le ventre avant que le bandit n'ait pu faire quoi que ce soit. Pourtant l'autre s'écarta et lui planta un nouveau senbon dans le bras de lui même avant de s'écarter. La porte de Tshiki se referma à ce moment, son chakra était presque épuisée et il ne pourrait plus utiliser qu'une technique. Alors il apperçut le couteau de sang toujours planté dans le brigand et comprit ce qu'il devait faire. Il n'avait pas encore utilisé cette technique une seule fois, mais là il devait la réussir, c'était tout ou rien. Ainsi Tshiki se jeta sur son ennemi, concentra le chakra qui lui restait dans son genou et frappa sur la lame de sang en envoyant une pulsion de chakra. L'ennemi, paralysé, s'écroula les yeux exorbités. Tshiki n'avait pas envoyé son chakra au bon moment, mais cela avait suffit pour terrasser le ninja adverse, mais il ne lui restait maintenant plus de chakra, il devait rentrer au village au plus vite sans rencontrer de nouveaux ennemis, mais ils ne pouvait pas abandonner Zoku... Zoku ! Il était là ! Tshiki l'appercevait courant vers lui ! Henge no jutsu ? La technique de modification d'apparence n'était pas à exclure. Alors l'otokage resta sur ses gardes et demanda au shinobi face à lui son nom de famille.

Zoku - Ne vous inquietez pas otokage-sama, je suis bien Zoku Nushi, je vous ramène au village.

Rassuré, le jeune shinobi attrapa une gourde de thé et la but d'une traite malgré sa contenance d'un litre et demi. Il fit signe à Zoku qu'il fallait retourner au village mais l'autre chuunin savait que le Kage avait besoin de se reposer avant de prendre la route. Il décida donc de monter la garde pendant que son sama récupérait ses forces, et il ne lui laissa pas le choix. Tshiki savait qu'il était risqué de rester ici plus longtemps mais il était impossible de faire entendre raison à son compagnon, et il ne tarda pas à s'endormir, même s'il voulait rester éveillé...

Quand il se réveilla, quelques temps après, il était sur les épaules de Zoku qui, en plus de le porter, trainait le brigand que Tshiki avait vaincu. Alors l'Otokage refusa de rester sur ses épaules plus longtemps et prit lui-même le bandit. Il avait oublié ses blessures qui ne lui faisait pas réelement mal pour le moment alors il n'était pas question de laisser l'autre ninja avec l'ennemi plus longtemps, lui aussi devait être épuisé, la preuve en était faite par ses vètements déchirés par endroit, de plus cela devait déjà faire pas mal de temps qu'il marchait avec tant de poids. Zoku ne refusa pas et Tshiki traina ainsi le bandit jusqu'aux portes, où il le remit à Zoku en lui demandant de l'amener dans les geôles du sous-sol du palais pendant que lui même allait à l'hôpital. En effet il avait toujours sept senbons plantés dans les bras...


Suite ici

_________________
Tshiki Ketsueki, Cha no Inshuka, le buveur de thé
Chi no Seishin, l'Esprit du Sang
血の精神
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ninja-dream.1fr1.net
 
Les champs de l'Ouest
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» kiwi bichon frisé male de 2 ans ( sud ouest)
» Conflit Est-Ouest au cœur du Caucase
» Installation d'un comite de gestion des risques pour l'Ouest
» Les 3 senateurs du Nord-Ouest veulent faire leur entree
» Le rat des villes et la souris des champs [Naya]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ninja Dream :: Aato no kuni, le pays de l'art :: Champs des Rizières-
Sauter vers: